>>  Plan du site   >>  Inscription Newsletter   >>  Témoignages clients   >>  Références 3pixels   >>  Infos légales   >>   CGV     

         © 2006-2015 www.3pixels.ch    

histoire d'internet

Nos meilleures références:

vous êtes ici :    Concept web  >>  Histoire d'internet

Histoire d'internet

En 1957, l'URSS est la première des deux super-puissances à envoyer un satellite artificiel dans l'espace : c'est le fameux Spoutnik. Traumatisés, les États-Unis forment au sein du Département de la défense un groupe appelé ARPA ("Advanced Research Projects Agency"), constitué de scientifiques, chargé de concevoir des innovations technologiques appliquées à l'armée.
1961

Leonard Kleinrock théorise la transmission par paquets

 
Leonard Kleinrock, du MIT, publie son premier texte sur la transmission de données par paquets et pose ainsi un des fondements de ce qui deviendra Internet. Reprise par les concepteurs de l’Arpanet, cette théorie propose un système qui découpe les données informatiques lors de leur transmission. Ces données peuvent être transmises en discontinu et être reconstituées par le récepteur. Ce sera la méthode employée pour les données transmises par Internet, comme un message électronique : celui-ci est découpé, envoyé par morceaux qui passent par des voies différentes et rassemblé par le récepteur. L'homme qui contribuera le plus à la mise en oeuvre de cette technique est Paul Baran.
1962

Licklider écrit ses mémos

Le docteur en psychologie Joseph Licklider publie des mémos (On-Line Man Computer Communication) qui présentent l’ordinateur comme un outil de communication, de partage des ressources. L’idée d’un « réseau galactique » formulé par ce psycho-accousticien du MIT aura un impact important sur la conception d’Internet. Il intégrera trois mois plus tard l’ARPA (Agence des projets de recherche avancée), organisme créé en 1958 pour assurer la supériorité militaire et technologique des États-Unis après l’humiliation ayant suivi le lancement du premier Spoutnik. Directeur du Bureau des techniques de traitements de l’information (IPTO), il participera à la prise de conscience de l’utilité des réseaux informatiques.
1968

L'ARPA accepte et finance l'Arpanet

Le projet Arpanet, proposant une communication décentralisée par paquet, est approuvé par l’ARPA et donc financé. Le projet repose sur les travaux de l’IPTO au sein de l’ARPA et ceux de Rand Coorporation. Les solutions techniques proposées permettent de concevoir un système de communication des données résistant à une attaque nucléaire par l'emploi d'un réseau tissé. En fait, le précurseur d’Internet n’aura pas d’application militaire mais se développera au sein des Universités américaines, notamment dans l’Ouest.
1969

Publication de la première RFC

La mise en place des normes qui régiront Internet s’amorce avec la toute première RFC émise par Steve Crocket. Une « Request for Comments » est un document public qui permet d’établir les normes et standards des réseaux et d’Internet. Écrite par un spécialiste, elle est ensuite validée par un ensemble d’experts. Au-delà de l’acte de naissance d’un système de norme qui deviendra essentiel, ce premier document illustre l’aspect collaboratif qui préside au développement d’Internet et en constituera l’esprit.
1969

La naissance d'Arpanet

Le premier nœud de raccordement d'Arpanet est installé dans l'université de Columbia dans l'Etat de de New-York. Suivront celles de la Californie, de l’Utah et l’institut de recherche de Standford. Le réseau Arpanet, communément considéré comme l’ancêtre d’Internet, est né. Les premières données sont échangées à une vitesse de 50kbits/s et le réseau de quatre ordinateurs s’avèrera opérationnel dès la fin de l’année.
1972

Premier courrier électronique

Mis au point par Ray Tomlinson, le premier message électronique est envoyé. Ce dernier, qui travaille sur des programmes permettant d’envoyer des messages sur le réseau et de les lire, développe un code pour envoyer un message d’un ordinateur à l’autre. Pour définir l’adresse, il a alors besoin d’un séparateur entre le nom et la "résidence" du destinataire. Il opte alors pour l’arobase qui possède le double avantage d’être inutilisé et de se prononcer "at" en anglais, ce qui dans ce contexte équivaut en français à "chez". Loin du contenu solennel des premiers messages télégraphiques ou téléphoniques, ce premier message n’aurait eu pour texte que la première ligne d’un clavier QWERTY…
1972

Invention de la messagerie électronique

Lawrence Roberts décide de creuser l’idée de message électronique initiée par Ray Tomlinson quelques mois auparavant. Pour ce faire, il conçoit un système qui permet de trier les messages, d’y répondre, de les transférer. Les principales fonctions de la messagerie sont alors fixées.
1972

Première démonstration publique d'Arpanet

C’est au cours d’une conférence internationale à Washington que la première démonstration publique d’Arpanet est réalisée. Le succès sera réel et contribuera à l’expansion du projet. C’est aussi à cette période que l’idée d’une interaction entre réseaux perce mais tout en restant limité par les protocoles d’Arpanet. Un projet sera initié pour les modifier dès l’année suivante, il donnera naissance au protocole TCP/IP.
1983

Arpanet bascule vers le protocole TCP/IP

Le réseau Arpanet adopte définitivement un mode de fonctionnement qui sera la base d’Internet, le TCP/IP. Ce système, développé notamment sous l’impulsion de Vinton Cerf dès 1973, permet d’interconnecter des réseaux différents contrairement à la solution NCP utilisée jusqu’ici par Arpanet. Le protocole TCP/IP est intervenu progressivement sur le réseau et avait connu une mutation importante en 1978, lorsque le protocole inter-réseaux avait été séparé du protocole de transmission des données. Dorénavant Arpanet est avant tout un projet universitaire et se nomme Arpa-Internet, le volet militaire étant désormais indépendant et nommé MILNET.
1989

Tim Berners-Lee lance l'idée de la Toile

En tant qu’utilisateur de CERNET, le réseau du CERN, le chercheur Tim Berners-Lee conçoit l’idée de naviguer simplement d’un espace à un autre d’Internet à l’aide de liens hypertextes et grâce à un navigateur. Tim Berners-Lee parle de la création d’une toile, tout internaute pouvant aller d’un contenu à l’autre suivant des voies multiples. Il présentera son projet au CERN en Novembre 1990. Pendant les trois années suivantes, il travaillera à l’apparition du World Wide Web, « toile d’araignée mondiale ».
1993

L'Université de l'Illinois présente Mosaic

L’université de l’Illinois présente son navigateur Web graphique, reposant sur les principes de la Toile tels qu’ils ont été formulés par l’équipe du CERN de Tim Berners-Lee, notamment le HTTP. Nommée Mosaic, l’application retient l’attention puisqu’elle tourne sous Windows et simplifie considérablement la navigation. Elle annonce le développement ultérieur de Netscape et autres navigateurs qui feront sortir Internet du cercle des initiés pour le rendre accessible au grand public.
1994

Création de Yahoo!

Deux étudiants de Stanford, David Filo et Jerry Yang, créent l’annuaire Internet Yahoo! Celui-ci doit permettre aux Internautes de trouver rapidement des sites grâce à un classement hiérarchique, la difficulté étant alors de trouver le site ou l’information pertinente voulue. Yahoo! est à la fois une référence à Gulliver et un acronyme reprenant la traditionnelle formulation « Yet another… » des projets informatiques de Stanford, classés à Y. Yahoo! fait donc référence à des êtres non civilisés à forme humaine tout en signifiant : « Un oracle à classement hiérarchique officieux de plus ». L’entreprise sera fondée en 1995 et connaîtra un rapide succès.
1994

Naissance du W3C

Tim Berners-Lee fonde le World Wide Web Consortium, également appelé W3C. Cet organisme a pour objectif et fonction d’émettre des recommandations afin de promouvoir et d’assurer la compatibilité des technologies utilisées sur le Web. Toutefois les standards proposés ne sont pas des normes absolues. L’organisme, essentiel pour assurer l’efficacité des applications tels que les navigateurs, est géré conjointement par des universités et centres de recherche américains, européens et japonais.
1995

Netscape entre en bourse

La jeune société Netscape entre en Bourse pour être immédiatement sujet de la spéculation qui caractérise alors les nouvelles technologies Internet. Sorti fin 1994, le navigateur de Netscape a alors connu un énorme succès qui lui a permis de supplanter sans difficultés Mosaic. Netscape dominera largement pendant quelques années avant de succomber sous les assauts du produit Microsoft dès 1998 : Internet Explorer.
1996

Yahoo! entre en bourse

Moins de deux ans et demi après sa naissance, Yahoo ! fait son entrée en bourse. Transformant son statut de simple annuaire en celui de portail aux contenus divers, implanté dans différents pays, le site est devenu incontournable sur le Web. Le portail arrivera d’ailleurs en France au mois de septembre de la même année.
1998

Netscape donne son code source et fonde Mozilla

L’entreprise Netscape, qui subit les assauts d'Internet Explorer, décide d’ouvrir son code pour fonctionner comme les logiciels libres. Le procès de Netscape face à Microsoft ne permet pas d’éradiquer l’hémorragie qui touche l'ancien géant du Web. Ce dernier intègre en fait son navigateur dans Windows et Netscape Navigator perd rapidement du terrain tout en prenant du retard techniquement. Finalement, Netscape, racheté par AOL, ne reprendra jamais le dessus et l’entreprise disparaîtra en 2003.
1999

Melissa pollue le Web

Un virus du nom de Melissa apparaît et génère un important trafique de messages électroniques, saturant en partie les serveurs. L’auteur du virus sera rapidement identifié et verra sa peine réduite grâce à sa collaboration avec le FBI pour l'identification d'auteurs de virus.
2000 

La bulle Internet prête à éclater

Les valeurs boursières des entreprises du secteur de l’Internet atteignent un paroxysme qui annonce un sévère revers. En effet, depuis quelques années, toute arrivée d’actions de start-up Internet est accompagnée d’une forte confiance dans le potentiel de croissance de ces entreprises. Les cours atteignent ainsi des proportions impressionnantes sans rapport avec le chiffre d’affaire de ces dernières. Mais à partir de mars la bulle va éclater pour aboutir à un réajustement violent, entraînant le secteur dans la récession.
2004

Entrée en bourse de Google

Après des effets d’annonces, des retards et autre procédés inhabituels, l’action Google gagne 15% le jour de son introduction en Bourse. La start-up de 1998, devenue incontournable sur le Web, rejoint les "grands" de l’Internet que sont Yahoo!, Ebay ou encore Amazon.
aujourd'hui  

On connaît bien.

Internet est passé de quatre “nœuds” d'interconnexion lors de sa création, à plusieurs millions aujourd'hui !.La quasi-totalité des cadres communiquent par courrier électronique, les enfants des classes moyennes se sont appropriés l’outil et initient leurs parents, l’administration s’y met avec un service d’information en ligne chaque jour plus complet et performant, des procédures en ligne. Le succès de l’Internet conduit même à voir baisser pour beaucoup le nombre d’heures passées devant la télévision, un mouvement qui est certainement destiné à s’amplifier. On achète sur le net des voyages, des fleurs, des objets de brocantes, des voitures, des appartements... Les CV ne circulent pratiquement plus que sous forme électronique. Mais tout n’est pas gai. Les spams envahissent nos boîtes aux lettres, les virus sont chaque jour plus agressifs et pernicieux et nous laissons des traces sur la toile qui sont susceptibles de porter atteinte à notre vie privée. Et puis il demeure la fracture numérique, une occasion manquée d’aider grâce au numérique et à l’Internet ceux qui en ont le plus besoin.
        demain

L'internet de demain sera plus mobile et connecté au monde physique

L'internet du futur évoluera pour devenir plus mobile, plus coopératif, davantage orienté vers la connaissance et les services et connecté au monde physique par des milliards de capteurs, assure François Baccelli, spécialiste des réseaux et membre de l'Académie des sciences.
"L'internet n'a pas été conçu pour servir d'infrastructure critique à toute l'économie, à toute la société, voire la défense", et il doit donc s'adapter pour survivre à son propre succès, déclare à l'AFP ce chercheur, interrogé à l'occasion d'un colloque sur les Sciences et technologies de l'information et de la communication (STIC) à Paris.

Les deux défis majeurs que doit affronter internet sont la sécurité et la gestion de la mobilité, ce qui suppose la conception de nouveaux protocoles.

L'enjeu est énorme: les pays qui ne sauront pas organiser la recherche et l'industrie pour attirer les meilleurs scientifiques seront évincés de la course à l'innovation, souligne le chercheur.

Pour répondre à ces nouveaux défis, M. Baccelli entrevoit une évolution autour de six axes: le premier est la conception de nouveaux types de routeurs afin d'accroître de beaucoup les capacités des coeurs de réseaux.

Le deuxième consiste à mieux utiliser les capacités actuelles grâce à des "overlays applicatifs", permettant la réalisation d'une tâche grâce à la collaboration d'un grand nombre de stations de travail reliées à internet.

A l'instar du web dans son ensemble, ces "overlays" peuvent se développper sans vision centralisée. "C'est par exemple un groupe de stations de travail qui collaborent à la diffusion d'une vidéo, chacun étant à la fois récepteur-consommateur et transmetteur-relais pour un autre utilisateur de la vidéo".

"La télévision en Asie se transporte comme ça, maintenant, complètement indépendamment d'un opérateur", constate M. Baccelli, membre du Groupe de réflexion sur l'internet du futur animé par l'INRIA (Institut national de recherche en informatique et automatique) pour le compte du gouvernement.

Une troisième tendance est l'auto-organisation des utilisateurs pour partager leur accès internet. L'internaute peut laisser une partie de sa bande passante ouverte à d'autres utilisateurs et bénéficier en retour de la capacité des autres.

Quatrièmement, l'internet des documents que nous connaissons actuellement va devenir un internet de la connaissance et des services, bien au-delà de l'échange d'informations du web 2.0 actuel.

Se développeront notamment "des services à base de localisation, en fonction de l'environnement de l'utilisateur", ainsi que le web sémantique grâce au traitement automatique du langage (traduction, etc.).

Une évolution plus radicale encore est l'interconnexion entre internet et le monde physique.

Selon M. Baccelli, "on peut imaginer l'internet tel qu'on le connaît, relié à des dizaines de milliards de capteurs dans les milieux naturels, dans les villes, dans les véhicules, dans les vêtements, absolument partout".

Une fois lancés, tous ces changements pourraient se produire de manière "explosive", estime le chercheur, car toutes ces innovations sont distributives et décentralisées.

"La croissance de ces réseaux peut être très rapide: vous juxtaposez deux réseaux utilisant le même protocole et vous obtenez un grand réseau qui a les propriétés des deux composants", explique M. Baccelli.

Enfin, il existe "une possibilité de refondation de l'internet autour d'objets encore plus surprenants que ceux que l'on voit actuellement", même s'il est impossible de dire à ce stade lesquels ils seront. L'actuel protocole TCP/IP serait alors dépassé aussi vite que l'a été le téléphone de papa.

 
L'AGENCE 3PIXELS   >>   Témoignages clients    >>  Références 3pixels  >>  TOPTEN des publications  >>  Inscription Newsletter
 CONCEPT WEB   >>  Pourquoi internet   >>  Report Gratuit   >>  Pourquoi un CMS   >>  Hébergement   >>  Référencement   >>  Se référencer  >>  Nom de domaine  >>  Les modules   >>  Combien coûte un site internet ?   >>  Forfaits   >>  Hors Forfaits   >>  Formation   >>  Animation Flash   >>  Politique 3pixels   >>   Liens utiles   >>  Contact   >>  Histoire d'internet  
GRAPHIC DESIGN   >>  Photographie   >>  Contact
APICULTURE    >>   Point de vente   >>  Galerie photo   >>  Contact
NOUS CONTACTER   >>  Plan d'accès   >>  Formulaire   >>  Liens amis   >>  Plan du site   >>  Infos légales   >>  CGV
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail